27 janvier 2009

La Relève à Sendwe

La Relève à Sendwe

Tant que le Père Baudouin sera en Belgique pour recevoir les traitements que son état de santé nécessite, c'est le Père Alphonse TUZYA, missionnaire d'Afrique comme le P. Baudouin, qui a accepté de prendre la relève comme Aumônier à SENDWE. C'est une charge très lourde et en particulier dans cet hôpital. Au delà de sa mission première qui est d'apporter Espérance et réconfort, là où trop souvent règnent la souffrance et la mort, l'aumônier est confronté chaque jour à des situations dramatiques auxquelles il est généralement très difficile de trouver des solutions. Pour l'aider à trouver ces solutions, le Père Baudouin avait inspiré un vaste mouvement de solidarités. Le Père Alphonse, lui, est sous cet aspect encore beaucoup plus démuni et il est donc tout à fait naturel qu'il espère que les "Amis du Père Baudouin" resteront aussi les "Amis des malades de Sendwe" ...

Après 2 ou 3 semaines d'exercice de sa nouvelle fonction, le P. Alphonse nous adresse ses premiers messages. Il ne nous parle pas de son désarroi personnel devant le sort de bien des malades hospitalisés. Non, il essaie seulement de nous informer de la triste réalité qu'il voit et il nous confirme que, bien souvent, avec des moyens relativement modestes assortis à beaucoup de bonne volonté, de nombreux patients pourront s'en sortir.


Bonjour,

Voici, ci-dessous, les nouvelles pour le Blog. Ici le travail évolue bien au sein l'aumônerie bien que les moyens pour secourir les cas de détresse me posent le problème sérieux.

Il n' y a pas de raison pour désespérer car si Dieu est pour nous qui sera contre nous ? ...

...

Amitié et franche collaboration

Alphonse

*

*   *

Chers amis,

Depuis le départ du père Baudouin Waterkeyn pour les soins en Belgique, j’ai accepté de le remplacer  dans sa responsabilité de l’aumônerie de cet hôpital géant de la Ville de Lubumbashi : Sendwe bien que très conscient de mes limites financières et matérielles pour répondre à ce grand défi.

Nous essayons de faire de notre mieux pour soulager la misère de nos frères et sœurs.

Un petit mot pour se faire une idée de cet hôpital. Cet hôpital a été construit au moment de la colonie belge. C’est le plus grand hôpital de la Province du Katanga qui est situé dans la ville de Lubumbashi. C’est l’hôpital général de référence de la deuxième ville de la République du Congo. Il est parmi le service que l’Etat congolais donne au Public.

Sendwe_entr_e
Hôpital Sendwe - entrée

Mais la situation de la pauvreté se généralise, ce qui rend l’accès aux soins difficile.

L’hôpital Sendwe étant le grand hôpital de l’Etat, c’est une des formations qui a beaucoup des médecins pour des soins appropriés et elle est plus accessible à la grande majorité de la population car le coût est moins levé que dans plusieurs cliniques privées.

Ceci explique la présence des personnes les plus démunies dans cet hôpital. Malgré cela l’accès aux soins reste un grand problème pour plusieurs personnes pour trois grandes raisons :

- Bien que le coût est moins que dans les cliniques privées les gens qui y vont sont pauvres et n’ont pas le nécessaire pour payer ces soins appropriés, beaucoup arrivent à s’en sortir par l’aide de personnes de bonne volonté. Le père Baudouin fait un énorme travail dans ce domaine.

- Chaque malade est obligé de se procurer soi-même des médicaments appropriés. Alors les pauvres qui sont majoritaires ne s’en sortent plus.

- Bien qu’il y ait une bonne volonté du personnel soignant,  le paiement problématique du personnel soignant pose de sérieuses difficultés pour l’administration des soins aux plus pauvres qui tombent sous nos mains.

Dans ce cas de difficultés, quelques aides du Père Baudouin, du Gouverneur de la province du Katanga, Moise et son Epouse consolent quelques malades, mais il est vrai que la souffrance est grande et je me vois dépassé face à cette misère, l’aide pour ces personnes est toujours la bienvenue.

Nous nous occupons particulièrement des personnes plus pauvres et souvent qui n’ont pas des personnes pour prendre soins d’eux.

Ici, je vous présente quelques cas SOS de cet hôpital que nous essayons de voir comment les aider, chacun peut voir ce QU’IL PEUT FAIRE POUR NOUS AIDER À SOULAGER NOS MISERES.

Nahomie est une petite fille de 5 ans. NahomieElève en 1ère année primaire, sa maman est veuve et a 4 enfants à sa charge. Lors d’une grande tornade, le toit de la maison voisine a vu ses tôles emportées et malheureusement, une de ces tôles est allée  blesser la petite qui s’amusait avec ses copines. Et voilà les tôles ont coupé la chair de ses deux jambes jusqu’à l’os ; la chair ressemblait à un livre ouvert. Aujourd’hui Nahomie doit avoir l’opération de ses deux jambes. Cela coûte 500 dollars et la veuve n’arrive pas à rassembler ces fonds pour l’opération. Si cela traîne elle risque de voir ses deux jambes amputées.

.

.

.

.

Prince a sept ans ; il est élève en 2ème primaire et a une jambe cassé. PrinceIl souffre depuis octobre 2008. Ce cas a pris (trop) longtemps pour être découvert … et les soins ont commencé avec retard à cause du manque de moyen financier. Il doit être opéré et l’opération coûte 150 dollars.

.

.

.

.

.

Jacqueline Katanga. Katanga_JacquelineCette fille souffre beaucoup et ses parents, souffrent encore beaucoup plus car ils n’ont pas le moyen pour payer les soins appropriés. Cette fille a eu une opération, mais quelque temps après l’opération il y eut quelques problèmes ; là où elle dort elle a le ventre ouvert. Les efforts se font pour une nouvelle opération. Tout cela n’est pas facile avec les parents qui n’ont pas grand-chose pour les soins de leur enfant. Les médicaments sont terminés, et les parents regardent la souffrance de l’enfant, impuissants. .

.

.

.

Elephantiasis

Cet homme souffre de l’éléphantiasis ; il vit seul à l’hôpital sans aucun membre de famille, notre aumônerie essaie de prendre soin de lui pour la nourriture avec nos moyens très limités.

.

Hanche_cass_eCette fille elle a 13 ans et est élève en 5ème primaire, elle a été cognée par un véhicule dont le chauffeur s’est enfui. Elle la hanche cassée et beaucoup des blessures au visage.

.

.

.

.

.

.

.

.

Jambes_cass_es

Un jeune victime d’un accident de circulation, il a toutes les deux jambes cassées avec trois fractures à chaque jambe.

.

Frank
Frank

Nos grands brûlés :

- Frank, notre ancien brûlé, toujours hospitalisé à l’hôpital Sendwe. Pour survivre, ils étaient cinq enfants d’une même famille en train de ramasser les grains de mais restés dans un champ après la récolte du propriétaire quand ils ont été surpris par un grand feu de brousse. Tous ces quatre frères sont déjà morts suite aux brûlures. Seul Franck reste en vie et son évolution est bonne.

.

Mussi

- Mussi est un homme, brûlé de 3ème degré par l’huile de cuisine. Il souffre horriblement à coté de sa Mère.

.

Dimercia

Dimercia, une petite fille de 18 mois, s'est brûlée en tombant dans l'eau chaude. Elle est dans un berceau de l'hôpital avec son bras gauche et sa tête brûlés.

.

Vanessa

Vanessa, une fille de 17 ans a été horriblement brûlée lors du deuil de son grand frère décédé : elle est tombée dans une grande casserole d'eau qui était sur le feu. Elle souffre horriblement ...

Chirurgie :

.

Tony_1

Tony a la jambe cassée par l’accident de circulation, lui-même sortait des traitements de  trouble mental dans notre hôpital quand il se vit la jambe écrasée par un véhicule disparu après l’accident. Ses soins et sa nourriture restent un grand problème qui nous préoccupe.

Adolphine_1Adolphine, est une maman déplacée de guerre. Elle est venue de Kalemie et abandonnée par son Mari, elle a eu un accident de circulation qui a été la cause de sa paralysie, elle ne peut pas s’asseoir depuis cinq ans. Elle a sa fille qui étudie à l’université. Elle avait pris une option dans laquelle on manque de candidat. Elle vient de me dire qu’elle doit abandonner, car là aussi on demande de payer comme dans d’autres facultés. Quelle sera son avenir et surtout celui de sa maman qui doit être en sa charge ???

.

.

.

Un_Papa

Ce papa a subi l’opération et doit encore subir une opération, notre aumônerie essaie de trouver  des médicaments pour lui venir en aide. Ici, il est avec le Père Alphonse TUZYA, Aumônier.

Nkongolo_a

Nkongolo, dont on a déjà beaucoup parlé dans ce blog, il a été amputé de ses 2 mains et de ses deux jambes, il garde son moral et son sourire. Veux bien refaire sa vie. Il roule dans sa voiturette à batterie qui lui a été offerte par le Père Baudouin.

Lievin_1

Liévain, âgé de 20 ans, est en prière avec le Père Alphonse aumônier a.i. de l’hôpital à 12h00

.

Lievin_2a
… ce gars est mort la nuit après sa prière …

.

.

Pauline

Pauline est paralysée des jambes, elle est dans la chaise roulante, toujours dans les soins depuis deux ans et son mari l’a abandonnée. Elle attend de commencer la Kiné mais n’a pas de moyen financier pour ce traitement.

Merci pour votre solidarité qui est toujours une aide pour la survie d’une vie.

(s) Père Alphonse TUZYA, Aumônier remplaçant du Père Baudouin à l’hôpital Sendwe.

Téléphone : 00 243 99 554 20 20

Email : alphonsetuzya@yahoo.fr


Posté par bauwat à 23:00 - Permalien [#]


Simba Mosala (suite)

Simba mosala !
(Au boulot !)

Ceux qui suivent ce blog se souviendront des péripéties de l'Unimog, ce beau 4x4 repeint en rouge, que le Père Baudouin a contribué à acheminer au Congo (post du 20.06.2007 et 12.12.2007). Affecté au projet "Simba Mosala" venant en aide aux enfants des rues, ce véhicule est aujourd'hui en service dans la région de Kinshasa, et quel service ! Voici des photos qui viennent de nous parvenir :

simba_mosala_2009_1r
Les véhicules se préparent à franchir un passage difficile ...

simba_mosala_2009_3r
Rien à faire ... on ne passe pas ! C'est finalement presque à la force des bras que les véhicules
franchissent
cette zone infernale. Et il y en a encore beaucoup d'autres avant d'arriver à destination.

http://simba-mosala.11vm-serv.net/



Posté par bauwat à 20:00 - Permalien [#]

10 janvier 2009

Voeux de Gilbert

Les Voeux de Gilbert

Gilbert_2009_voeux_3

Voilà un an maintenant que le petit Gilbert Kabange Mutombo a eu son accident, souvenez-vous : avec sa chorale, il avait été invité par le Gouverneur du Katanga à assister au concert d'une vedette de la chanson congolaise à Kamina ; pour mieux voir, Gilbert s'était installé dans un arbre ; malheureusement l'arbre s'est abattu et le garçon a eu une vilaine fracture de la jambe. Opéré d'abord à Kamina, il avait été transféré à l'hôpital Sendwe, à Lubumbashi, lorsque la blessure s'était infectée. Depuis ce moment, les frais de séjour à l'hôpital de Gilbert ont été pris en charge par l'aumônerie du Père Baudouin qui nous l'a fait connaître.

Malgré de nouvelles interventions, l'état de santé de Gilbert ne semble pas s'améliorer : la photo que nous recevons montre qu'il a toujours ses broches ... Après une si longue hospitalisation, cela devient plus qu'inquiétant. Malheureusement, il n'est pas certain que l'hôpital Sendwe soit équipé pour donner à cet enfant les soins adéquats si la situation venait à se compliquer ...

Espérons que son cas continue à intéresser les Autorités de la Province du Katanga et que des mesures pourront être prises pour éviter que Gilbert ne reste estropié à vie.

Gilbert, qui a noué des liens d'amitié avec les petits élèves de l'école primaire Saint-Léon à La Hulpe, leur envoie une carte de voeux que nous reproduisons ci-dessus. Et ci-dessous, le dessin qu'il a fait illustrant ce qui lui est arrivé.

Dessin_Gilbert_14_600
L'accident ...

Rappelons aussi que Gilbert faisait partie des"Petits Chanteurs" de Kamina : il a une belle voix que vous pouvez entendre pendant quelques secondes en cliquant sur le lien :
http://www.dailymotion.com/video/x7cn0k_gilbertextraitavi_people

Ce "post" est également repris sur :
http://tamtam1310.canalblog.com
http://mambula.afrikblog.com


Posté par bauwat à 12:00 - - Permalien [#]

31 décembre 2008

Bien arrivé ...

Arrivée en Belgique ... premiers messages ...

1) Bien arrivé !

Je suis installé comme un roi, dans la chambre de l'ancien économe de la maison. Liaison Internet et skype  sans fil.... J'ai déjà eu ma soeur au téléphone (à Ste Dorothée Montréal).

En arrivant avec 4 heures de retard !!! je mourrais de froid... j'avais les mêmes habits qu'à Lubumbashi !

Je suis content d'avoir l'email à portée de main... L'ASBL au Bon Samaritain est sur orbite, j'ai passé des nuits à refaire tous les statuts.

A bientôt.

Bonne fin d'année.

Baudouin.

_________________________

2) Bien arrivé, oui ! Mais il fait froid !!!

J'avais pris un pullover, celui qu'on met en moto quand il y a 5 degré en saison sèche.

Mais tous mes habits d'hiver sont restés en Belgique, malheureusement celle qui conservait tous ces vêtements est décédée (cétait Denise Devis) ; son fils est introuvable, impossible de le contacter sur son GSM ; la maison est vendue, ainsi que tout le terrain. Je ne sais où sont mes vêtements !!

Philippe m'a apporté le tabernacle que j'avais dans ma caravane ; je vais devoir aller aux petits riens ..... racheter des vêtements !!!

Salut
Baudouin.


Posté par bauwat à 20:00 - Permalien [#]

30 décembre 2008

Lettre au Gouverneur

LETTRE AU GOUVERNEUR DU KATANGA

Son Excellence Monsieur Moïse Katumbi Chapwe


Père Baudouin WATERKEYN

Aumônier à l'hôpital Sendwe                     

Lubumbashi                                                   

Lubumbashi, le  27 décembre 2008

Monsieur le Gouverneur,

C'est par l'email de votre chère épouse que je me permets de vous envoyer ce message. Le 29 de ce mois, je me rends en Belgique pour raisons de santé, ayant plusieurs opérations à subir... 50 années de vie missionnaire au Congo, entraînent certaines usures.

Je ne peux "abandonner" les plus miséreux parmi les malades de l'hôpital Sendwe, après les avoir accompagnés  plus de 5 ans sans tenter de répondre à cette question : "que vont-ils devenir" ?

Je vous confie en toute simplicité deux axes de réflexion :

1°- L'hôpital Sendwe est un hôpital en totale déliquescence...

- l'hygiène y est catastrophique (malpropreté, toilettes bouchées débordant dans les couloirs, absence très souvent d'eau....),

- l'équipement laisse à désirer (lits caducs, tous les ascenseurs (6) en panne depuis plusieurs mois...),

- le personnel démotivé, les grèves récentes en témoignent.

Un mot résume cette situation : l'état matériel dans lequel se trouve l'hôpital Sendwe est INDIGNE et INACCEPTABLE.

2°- Dans une ville comme Lubumbashi, il existe plusieurs hôpitaux..., mais en raison de la participation financière demandée, ils sont inaccessibles à une grande partie de la population.

Comme aumônier, depuis plus de 5 ans, j'ai pu mesurer la détresse humaine de ces hommes, femmes, enfants dont plusieurs sont abandonnés.

La société humaine se doit de prendre en compte ces cas désespérés.

Pour que notre oeuvre, au sein de cet hôpital puisse évoluer, nous venons de créer une A.S.B.L. "AU BON SAMARITAIN", elle vous sera présentée d’ici peu.

Si je puis vous proposer quelque chose, ce serait de venir faire une petite visite "éclair", à l'improviste, sans tambours ni trompettes, pour évaluer par vous-même le caractère crucial du problème.

Je vous remercie d'avance pour l'attention que vous voudrez bien porter à la présente, je vous adresse, Excellence, Monsieur le Gouverneur, mes meilleurs souhaits pour 2009 et l'expression de ma haute considération.

Père Baudouin WATERKEYN

des Pères Blancs d'Afrique

Aumônier de l'hôpital Sendwe

Bon_samaritain
Le Bon Samaritain


Posté par bauwat à 09:00 - - Permalien [#]


28 décembre 2008

Un rayon de soleil

Le Rayon de Soleil

de
Pie TSHIBANDA

Tshibanda___Rayon_de_soleil

"Rayon de soleil" c'est le beau nom de l'ASBL créée par Pie Tshibanda au Kasaï oriental et qui prend en charge une centaine de jeunes depuis l'enseignement primaire jusqu'à leur formation professionnelle.

Lors de la grève du personnel infirmier de l'hôpital Sendwe, Pie Tshibanda avait été très sensible à la détresse des malades. Dans sa correspondance avec le Père Baudouin, il avait dit sa volonté d'intervenir concrètement en faveur de ceux-ci. Aujourd'hui c'est chose faite, et avec quelle générosité et quelle efficacité ! Mais lui aussi est conscient que le mal dont souffre Sendwe (comme tant d'autres institutions au Congo ...) est un mal structurel qui ne pourra être traité en profondeur que grâce à un engagement des autorités politiques, engagement bien difficile à obtenir ...

Pie Tshibanda a une large audience en Belgique et, au Congo, il est souvent considéré comme "la Voix des sans voix" ... Dans les voeux qu'il adresse au Père Baudouin (voir ci-dessous), il se propose d'attirer encore l'attention des sphères politiques dont dépend l'avenir de Sendwe pour que cet hôpital redevienne vraiment un hôpital de "référence".

Comme voeux à Pie Tshibanda pour 2009, on voudrait lui souhaiter beaucoup de succès dans cette entreprise mais aussi beaucoup de succès dans tous ses engagements

*

*       * 

Père Baudouin, 

Oui, j’ai versé l’argent dans le compte que vous m’avez indiqué.

Depuis que le Gouverneur est au pouvoir, je l’ai vu une fois et je lui ai dit : « Nous te féliciterons le jour où, ta mission accomplie, ton œuvre te survivra. Si après toi tout devait tomber en ruines, nous te reprocherons de n’avoir pas préparé la relève. Pour y arriver il faut planifier, hiérarchiser, budgétiser, réaliser, évaluer, rectifier… ». Une manière de lui faire comprendre qu’il ne suffit pas de se contenter d’actions ponctuelles, comme à l’époque de Mobutu. Je lui ai dit aussi : « Souviens-toi Moïse, quand j’étais ton professeur, nous (enseignants) étions très mal rémunérés ! N’oublie pas les enseignants, n’oublie pas le corps médical… » 

Quand il est venu en Belgique, une partie de nos compatriotes (ceux qui se croient être ses proches) l’ont invité (nous n’avions pas le droit d’y être, nous les « non originaires » comme disent certains) et au cours de la réunion, c’était doléance sur doléance ! Tout le monde avait quelque chose à demander. De quoi être fatigué. Je pense être l’un des rares qui, plutôt que de lui demander, lui ai fait un cadeau. Je voulais qu’il comprenne qu’il y a des gens qu’il peut rencontrer et parler intérêt général. 

Je vais quand même essayer de lui transmettre un message par le numéro que vous m’avez communiqué et je vais lui parler de l’hôpital… 

Je vous souhaite une bonne année et surtout un prompt rétablissement. Il y a encore du boulot au Congo, j’en suis conscient. Bcp d’associations font appel à moi et j’essaie de répondre selon mes possibilités : je suis moi-même promoteur d’un centre de formation pour jeunes au Kasaï ainsi que d’une école primaire… Ce qui limite mes engagements dans d’autres associations. 

A plus… Bonne année ! 

Pie Tshibanda

*

*       *

Bandeau_Tshibanda

A voir aussi le site consacré à Pie Tshibanda où son épouse et chacun de ses 6 enfants ont écrit une page :
http://www.tshibanda.be


Posté par bauwat à 09:00 - - Permalien [#]

21 décembre 2008

LETTRE 18

Pour voir d'autres photos, aller dans "Albums photos" (en haut de la colonne de droite) et cliquer sur "B_Maniema" - Pour faire défiler les photos avec accompagnement musical, cliquer sur "diaporama"

LETTRE 18

Noël 2008

BILD1065c_r

.

Chères Familles, Chers Amis,

.

J'aurais dû vous adresser cette lettre beaucoup plus tôt, mais nous sommes tout le temps en panne de courant....alors impossible pour moi d'envoyer mon texte par e-mail. Impossible aussi de remercier individuellement tous ceux qui ont si généreusement soutenu notre action tout au long de l'année. Qu'ils trouvent ici tous mes remerciements et ceux de tous les malades et handicapés qu'ils contribuent et contribueront encore à soulager. Mon rôle dans cette 18ème lettre sera d'introduire le récit de Mady et Yvan Beeckmans sur notre voyage dans le Maniema, et d’y ajouter ensuite un mot de conclusion.

.

Impressions de voyage

Ce voyage restera pour moi, tout comme mon jubilé à Gentinnes, un merveilleux souvenir qui me fait revivre. Ce fut un jubilé d'or à l'africaine : beaucoup de joie et une grande chaleur humaine qui s'exprimaient dans les discours, beaucoup d'émotion et de reconnaissance qui se traduisaient dans de multiples petites attentions.

Ainsi, j'ai pu voir les visages des enfants et petits enfants de nos anciens louveteaux. Ils m'ont dit dans leurs discours : «Marmotte (c'est mon totem), nous voyons de nos yeux ce que nos parents nous ont raconté» (moi je ne les avais jamais vus, ils étaient nés après mon départ). Ils m'ont reçu comme le "Mzee", le vieux papa. C'était l'accueil de leur ancien prêtre, vicaire, curé et aussi aumônier scout ....

Ce voyage a été pour moi, en tout cas, comme une récompense d'avoir, grâce à Dieu, tenu mon serment missionnaire de me consacrer jusqu'à ma mort à l'Afrique (serment renouvelé à Gentinnes)....mort qui se rapproche tout doucement, l'Évangile du premier dimanche de l'Avent nous l’a rappelé : Veillez, vous ne savez ni le jour ni l'heure.... 

IMG_0123r_600
L'église de Kakutya est pleine et nombreux sont ceux qui suivent la messe à l'extérieur

Et quelle grande joie ce fut pour moi de voir toutes ces assemblées de chrétiens, si actives et bien vivantes. Merci pour les magnifiques célébrations, pleines de ferveur, dans des églises combles.... J'ai tenu aussi à encourager les prêtres congolais qui aujourd'hui assurent avec tant de dévouement la relève dans nos anciennes paroisses et cela malgré des conditions très difficiles. 

Par contre, je ne vous cache pas la tristesse ressentie de voir ce pays de plus en plus en ruine. Les conséquences  des guerres et des destructions successives sont toujours bien présentes : les pistes restent encore totalement à l'abandon (je n'ai jamais été secoué dans une voiture comme cette fois-ci tant les trous, bosses et fosses se succédaient). Par manque de moyens, les centres de santé, les écoles... sont de plus en plus délabrés ; les églises et les chapelles souffrent aussi de l'appauvrissement progressif des diocèses qui sont contraints de suppléer à la carence de l'Etat Congolais dans de nombreux domaines (écoles, soins de santé, formation citoyenne ....) sans disposer des ressources nécessaires.

IMG_0080dia IMG_0221r
Routes et ponts sont en triste état et la saison des pluies n'arrange rien

.

Revenir à Kalima-Kakutya, probablement pour la dernière fois, là où j'ai passé les meilleures années de ma vie missionnaire, ce rêve s'est réalisé grâce à un groupe d'intellectuels originaires du Territoire de Pangi (dont dépend Kalima). Ces jeunes devenus adultes et pères de famille ont voulu témoigner leur reconnaissance de ce que nous avons fait ensemble surtout dans les mouvements de jeunesse pour construire un pays plus beau qu'avant comme le chante l'hymne national congolais :


Par le labeur
Nous bâtirons un pays plus beau qu'avant
Dans la paix

Je remercie Monsieur Kokonyangi et toute son équipe de Siprodepa (Solidarité des Intellectuels pour la Promotion du Développement en Territoire de Pangi) pour ce magnifique cadeau. Qu'ils sachent que je suis très heureux de pouvoir associer mon nom à leur projet de développement dans la région de Pangi.

Quelqu'un qui m'a certainement accompagné durant ce voyage, c'est ma chère "Mamy". Vous ne pouvez savoir ce qu'elle a été pour moi dans ma vocation et durant mes premières années de vie missionnaire. Malgré les misères de l'âge, elle a fait des dizaines de kilomètres à pied, en tram ... pour me trouver les objets qui m'ont été très précieux. Puis, à sa mort, c'est mon frère Louis qui a pris sa relève. Aujourd'hui, ce sont Mady et Yvan qui assurent ce service ...Vous comprendrez ma joie de pouvoir faire ce magnifique voyage avec Mady et Yvan et de leur donner enfin l'occasion de constater de visu le travail qui a été accompli et les situations que nous vivons tous les jours.

Nous nous étions retrouvés il y a maintenant 10 ans, lorsque j’étais (en convalescence) dans ma caravane chez Madame Denise Devis, décédée depuis. Notre première rencontre remonte à 1945, à l'unité scoute du Chant d'Oiseau. Tous ceux et celles qui nous ont reçus, ont pu entendre les voix de Mady et Yvan qui ont trouvé les mots qu'il fallait .... il ne manquait pas de traducteurs en swahili. Ce fut l'accueil de leur prêtre, mais aussi d'un couple ami. Ce fut vraiment le plus beau cadeau que je pouvais offrir à Mady et Yvan ... nos amis congolais l'ont bien compris.

A Lubile, une des paroisses où je suis allé souvent (ma base était à Kakutya) j'ai pu revoir la maison que j'avais construite pour la maman de l'abbé Godefroid Musenge, aujourd'hui présent à Lubumbashi. Cette maman était un peu la mienne - elle me l'a dit souvent. Lors de notre passage à Lubile, j'ai pu faire une petite sieste dans cette maison avant de reprendre la route !!!

BILD0912d

.

La photo ci-dessus a été prise à Lubile. Elle représente celui qui m'a autrefois sauvé la vie en me repêchant du courant de la rivière :

J'avais pris un bain dans la rivière, mon chien m'avait suivi ....mais entraîné par le courant je n'ai pu le reprendre qu'après plusieurs kilomètres .... nous avons alors attendu longtemps dans l'eau jusqu'au moment où une pirogue est venue à notre secours. J'ai raconté cet épisode pendant mon petit discours...et un « ancien » s'est alors avancé pour dire que c'était lui qui pilotait la pirogue ..... Malheureusement il souffre aujourd'hui de cataracte. Je lui ai promis qu'on fera tout pour qu'il puisse être opéré. C'est bien le moins que je puisse faire en reconnaissance.

Quand je suis arrivé à Kalima-Kakutya .... avec un chapeau colonial (c'était obligatoire !!!) j'étais jeune, j'avais 27 ans. Maintenant, à mes interlocuteurs, j'ai pu dire : «Aujourd'hui vous voyez un vieil homme avec une béquille, avec 50 années de plus ....je rends grâce au Seigneur de revoir vos villages, vos chemins que j'ai eu la chance de parcourir à pied, à vélo, à moto pour vous annoncer la Bonne Nouvelle de l'Évangile. Cet Évangile qui m'a poussé à venir chez vous et qui était la principale raison de ma présence parmi vous. C'est grâce à vous que j'ai pu réaliser ma vocation "missionnaire". Actuellement en Belgique, en Europe, il n'y a plus assez de vocations missionnaires, aussi je suis revenu pour dire à tous ces jeunes gens d'ici (qui n'étaient pas encore nés à l'époque) que c'est eux que Jésus continue à appeler maintenant ... »

.

Mais je laisse la place à Mady et Yvan, et au récit du voyage …


BILD0973b   Avec Yvan et Mady, messe à Kakutya

.

VOYAGE AU MANIEMA        Octobre-Novembre 2008

par Mady et Yvan Beeckmans

Et oui, le voyage a eu lieu, le retour de Padri Baudouin dans ces villages qui l’ont vu vivre ses premières années de missionnaire, ces retrouvailles nous les avons vécues dans l’émotion, la joie profonde et vraie, l’exubérance, avec intensité. Quel beau pays que ce Maniema !

Premier flash, majestueux, le fleuve Congo à hauteur de Kindu. Instants magiques lorsque le soleil fait miroir sur cette étendue d’eau jusqu’à l’horizon. Mais aussi, pour nous qui visitons ce pays d’Afrique pour la première fois, sur le bac durant la traversée, nos premiers contacts directs avec la population  intriguée par notre présence.

Baudouin nous parait anxieux, se souvient-on de lui ? Que va-t-il retrouver ? Sa santé lui permettra-t-elle de vivre le programme de ces prochaines journées ? Nous quittons –en voiture– les rives du fleuve pour se retrouver très vite en forêt, sur la piste qui doit nous mener à Kakutya (à 5 km de Kalima). Pays vallonné, collines couvertes par la végétation, très diversifiée, des arbres magnifiques…. et aussi des cours d’eau qui se perdent sous la frondaison de cette nature luxuriante.

Nous allons très vite percevoir la qualité de l’accueil qui attend le Padri Baudouin … car tout au long du parcours, lors des traversées des villages successifs, des groupes d’hommes, de femmes et d’enfants guettent son passage.

.

Chants, danses, discours, remises de cadeaux mais surtout beaucoup d’émotion dans le dialogue entre le Padri et les groupes de villageois. Baudouin retrouve le sourire, oublie ses maux.

.

IMG_0141r

IMG_0088aIMG_0105ar

.

Le lendemain, journée prévue à Lubile, village qui lui réserve un accueil très chaleureux –fête sous l’arbre des palabres- messe festive dans la petite église construite il y a près de 50 ans, chants, danses, discours … repas en commun préparé par les mamans.

.

Après une nuit de repos, fête à Kakutya paroisse fondée par les pères Blancs … magnifique célébration africaine dans une église trop petite pour accueillir tous ceux qui voulaient remercier le Padri. Une chorale de 100 personnes, un groupe bien harmonieux de petites danseuses habillées toutes en blanc, la joie de retrouver le Père Baudouin qui a laissé dans le souvenir des anciens et dans la tradition orale tant d’anecdotes qu’aujourd’hui encore elles font rire tous ses amis.

.

BILD1082a
Les mamans participent activement à la célébration

.

BILD1080r

Danseuses et petits danseurs traditionnels

.

Malheureusement toutes ces manifestations de joie et de sympathie ne peuvent masquer les réalités de la vie quotidienne. Les conséquences des guerres qui ont sévi au cours des dernières années sont encore bien présentes …, cette folie de destruction, cette volonté d’anéantissement a laissé une situation désastreuse… L’abandon des exploitations industrielles à Kalima a supprimé les revenus d’une large part de la population … Tout est problème.

.

Un groupe d’hommes, originaires de ces villages, qui aujourd’hui travaillent à Kinshasa ou Lubumbashi, professeurs, éducateurs, de profession libérale ou commerçants, ont décidé de se regrouper pour apporter au territoire de Pangi  (province du Maniema) une aide pour améliorer le sort des populations.

.

Ils y  étaient scouts, jeunes étudiants, et le Père Baudouin était leur aumônier. Le souvenir du dynamisme du P. Baudouin les a conduits à engager des actions pour sortir ces populations de leur isolement : amélioration et entretien des pistes, reconstruction de certains ponts, mise en activité de moyens de production alimentaire (pisciculture, culture du riz ….), amélioration des soins dans les dispensaires …

IMG_0079rA l’occasion du Jubilé de 50 années de sacerdoce du P. Baudouin en République du Congo, le professeur Joseph Kokonyangi (Professeur à l’Université de Tokyo) lui a proposé un retour aux premiers postes des années 1958-1975, et d’y créer la «Fondation Père Baudouin Waterkeyn» pour assurer le suivi de leurs actions de redressement des conditions de vie locale. Ce groupe fut le moteur de notre voyage.

Joseph Kokonyangi chaleureusement accueilli dans un village de son enfance

.

Après Kalima, retour à Kindu pour se diriger dans une autre direction vers Kampene où «le Padri» a passé près de dix années de sa vie. Il nous a fallu plus de dix heures pour atteindre Kampene, situé à 140 km de Kindu. Mais tous les problèmes rencontrés nous ont aussi donné l’occasion de côtoyer la population des villages et d’admirer cette nature, cette forêt luxuriantes.  

.

IMG_0192a
Accueil coloré par les mouvements de jeunesse de Kampene

.

A Kampene, accueil enthousiaste, arcs de triomphe, chants, danses et discours !

.

Deux moments chocs : la rencontre avec les jeunes, 3 écoles (2 primaires, 1 secondaire, 2400 élèves !), la visite de l’atelier pour handicapés, fondé par le Padri. Malgré la destruction et le vol de tout l’équipement lors des guerres précédentes, cet atelier  permet aujourd’hui à une vingtaine d’handicapés de travailler et donc de subvenir (très modestement… presque à la limite de la survie) à leurs besoins …couture, cordonnerie, menuiserie, vannerie…..

.

Rendons hommage à la ténacité, au courage de Joseph Kamatica responsable de cet atelier. Rendons hommage au courage de ces hommes et de ces femmes. Là aussi nous avons vu des voiturettes pour handicapés expédiées de Belgique !

Grand merci à Baudouin de nous avoir donné l’occasion de l’accompagner dans ce retour au Maniema.

Grand merci au professeur Kokonyangi et à son équipe pour avoir organisé cette expédition de main de maître. Grand merci aux curés des paroisses de Kakutya et de Kampene de nous avoir accueillis avec tant de gentillesse, de disponibilité, et de convivialité.

Mais notre séjour n’était pas fini, nous avons repris l’avion avec Baudouin jusqu’à Lubumbashi pour rejoindre la communauté des Pères Blancs.

.

Après un jour de repos, nous avons visité l’hôpital Sendwe dont le Père Baudouin assure l’aumônerie. Le Père Baudouin a largement décrit dans son blog les problèmes rencontrés, la situation d’abandon, l’état de délabrement de cet hôpital… où se retrouvent les plus démunis qui sont dans l’impossibilité de payer les coûts journaliers demandés dans les autres hôpitaux de la ville. Nous n’avons pu retenir notre désarroi et notre émotion devant tant de souffrance physique et morale, devant un tel chaos.

Il est tout simplement indigne d’un état, d’une province, d’une ville dont le sous-sol est parmi les plus riches du monde, de faire preuve d’une telle incompétence de gestion de cet hôpital, d’un tel dédain, d’un tel abandon. Et le Père Baudouin, aidé par sa petite équipe, tente d’alléger tant soit peu, la douleur des uns et la désespérance des autres.

.

IMG_0262_600
Les raisons d'espérer

Heureusement, nous avons pu retrouver confiance dans la vie lors de la visite de la «Cité des Jeunes», à Lubumbashi, tenue par les pères Salésiens dont le centre de formation professionnelle est essentiel pour l’avenir de cette ville. Visite aussi de 2 paroisses situées dans la cité et tenues par les Pères Blancs confrères du Père Baudouin…..sources d’espoir pour l’avenir. Et un grand merci à cette communauté des Pères Blancs pour leur accueil amical.

A bientôt, Baudouin !

Mady et Yvan Beeckmans

(suite de la Lettre 18 du Père Baudouin)

Retour à Lubumbashi

Après ces magnifiques journées, je suis revenu au boulot de tous les jours à l'hôpital Sendwe. Ces jours-ci, j'ai redit dans un petit discours pour introduire dans notre groupe le confrère Père Blanc qui va me remplacer pendant mon absence :

«Cher Père Alphonse, je ne te remettrai pas l'aumônerie dans un emballage cadeau, mais comme elle est. Rappelle-toi ce proverbe : une branche qui casse fait plus de bruit qu'une forêt qui pousse».

Autrement dit, il y a une triste réalité à ne pas cacher, mais il y a aussi de très belles choses :

- le dévouement de beaucoup d'infirmier(e)s, du personnel (très mal payé),

- les papas et mamans qui restent des journées entières, jusqu'à plusieurs mois, aux cotés de leur conjoint, de leur enfant malade,

- les jeunes qui nous aident à assurer les messes.

.

BILD0840_600
Les scouts sont des auxiliaires eficaces et appréciés de l'aumônerie de Sendwe

Non, la forêt qui pousse ne fait pas de bruit .....

Chers Amis, Chères Familles, je voudrais vous souhaiter de tout coeur une heureuse fête de Noël et ce malgré toutes ces crises qui frappent le monde et en particulier ma patrie d'adoption : le Congo à Goma .Cette fête de Noël 2008, je la vivrai encore ici dans notre chapelle de Sendwe, avec nos chers malades. Puis ce sera le retour le 28 décembre pour remettre ma vieille carcasse en ordre. Il parait qu'en France on donne une prime de 1000 euros pour envoyer à la casse sa vieille voiture et en acheter une neuve. J'espère que ce ne sera pas "la casse" pour moi et que les opérations me permettront de la faire revivre pour une dernière étape ...avant la retraite !

A tous, très heureuse fête de Noël

et meilleur souvenir,

Baudouin Waterkeyn

Le Père Baudouin revient en Belgique fin décembre pour se soigner. Avant son départ de Lubumbashi, il met en place une ASBL qui aura pour but de soutenir les activités de l'aumônerie de l'hôpital Sendwe, pendant son absence. Les besoins sont énormes, ses témoignages au fil du temps nous l'ont bien montré. Un bon accueil à sa demande de soutien lui sera d'un grand réconfort durant ces prochains mois de remise en forme physique.

UN TOUT GRAND MERCI D’AVANCE.

Compte chez les Pères Blancs : 210-0622888-06,

avec la mention : P. Baudouin Waterkeyn

Une ATTESTATION FISCALE sera délivrée pour tout don à partir de 30 euros, versé à :

PROMA a.s.b.l. Boulevard du Souverain, 199 à 1160 Bruxelles

Compte n ° : 000-0173311-69, avec la mention :

‘Pour le P. Baudouin Waterkeyn, par les Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs)’

_____________

Adresse Email du Père Baudouin = waterkeynbaudouin@yahoo.fr

_____________

Pour les colis éventuels pour nos projets :

Mr et Mme Yvan Beeckmans

84, rue des Volontaires

1332-Genval

Tél. : 02/653.32.89

Email = ybeeckmans@yahoo.fr

__________________

Adresse du Blog = http://perebaudouin.canalblog.com 
Email du Blog = tamtam_1310@yahoo.fr


Posté par bauwat à 22:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Chant choral congolais

en marge de la Lettre 18

Chant Choral Congolais

Vous trouverez ici quelques courts extraits (MP3) de chants exécutés au cours de célébrations dans les diverses paroisses où le Père Baudouin est passé lors de son voyage au Maniema. Les enregistrements ont été faits en "live" avec de petits moyens, dans des églises combles et souvent une sono en piètre état complique les choses : la qualité purement technique s'en ressent ... Malgré cela, ces chants étonnants, parfois très beaux, nous font entendre comment les Congolais savent participer ...

Extraits d'une "Missa Kakutya ..." (Maniema)
  Extrait_a.mp3   Extrait_b.mp3  Extrait_c.mp3   Extrait_d.mp3

.

Le chant choral congolais est totalement absent sur Internet. Ce blog et le blog Tam-Tam vont essayer de corriger cela, un peu ...

tamtam_1310@yahoo.fr


Posté par bauwat à 12:00 - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 décembre 2008

Maniema ... suite

Maniema ... suite

Rentré depuis plus d'un mois de Kindu, Kalima, Kampene, le Père Baudouin a retrouvé ses occupations et ses soucis à l'hôpital Sendwe de Lubumbashi. Espérons que le souvenir du magnifique voyage dans le Maniema rendra plus acceptables les difficultés habituelles de sa tâche.

BILD0912b_r
Sur la route de Kindu à Kalima, la joie illumine le visage des Anciens qui se retrouvent

Aux dernières nouvelles, le P. Baudouin prépare pour très bientôt sa 18ème Lettre Communautaire qui, comme d'habitude, sera publiée sur ce blog mais sera aussi envoyée par courrier aux nombreux parents, amis et bienfaiteurs qui soutiennent son action depuis tant d'années.

A l'hôpital Sendwe, un groupe de collaborateurs de l'Aumônerie a pris l'heureuse initiative d'élaborer un projet d'ASBL destinée à organiser la continuité de l'aide aux malades lorsque le Père Baudouin sera rentré en Belgique pour suivre plusieurs traitements médicaux. On reparlera ici du rôle de cette ASBL lorsque le projet sera au point.

BILD0904a_r
Lors de sa traversée du Maniema, les jeunes aussi veulent voir celui dont la tradition orale a tant parlé

Pendant quelques semaines le Blog est resté en sommeil suite à une malencontreuse coupure de connexion. Les choses sont maintenant rentrées dans l'ordre et on va essayer d'un peu rattraper le retard : plusieurs centaines de photos, des tas de clips vidéos et des prises de sons à écouter, visionner, sélectionner et publier ...

  BILD0916a_r
Dans chaque petit village traversé, il y a une chapelle (shirika)
et à chaque fois les chrétiens du lieu font fête aux visiteurs

Une série de photos inédites prises au cours du voyage au Maniema est accessible en cliquant sur l'album photo Maniema_2008_1. Il s'agit essentiellement de vues prises pendant une messe à Kakutya.  En cliquant sur diaporama, les images défilent automatiquement avec un accompagnement musical (ADSL nécessaire ...) . Celui-ci a été enregistré 'live' pendant la célébration religieuse. La qualité laisse à désirer, c'est vrai, mais il est intéressant d'entendre dans cet extrait comment s'expriment ferveur et joie dans des églises toujours combles ... au cours de messes qui durent 3 heures au moins devant des fidèles qui ont souvent fait plusieurs dizaines de kilomètres à pied pour y participer ... Quand on a entendu les paroles de bienvenues scandées par des centaines de voix chantantes et dansantes au rythme des percussions, il n'est plus possible d'oublier ces moments là ..

Une toute petite parenthèse pour se rattacher à l'actualité et pour rappeler que c'est ce même peuple, simple, pauvre, naturellement joyeux et qui ne demande qu'à vivre en paix qui est la perpétuelle victime des hordes barbares qui mettent à feu et à sang l'Est du Congo.

*
*   *

Tout autre chose, mais encore une photo. Cette fois c'est une photo souvenir retrouvée, celle du 1er congolais baptisé par le P. Baudouin en 1959 à Kalima (on en parlait dans le post du 13 octobre dernier).

Bapt_me_M_dard_1958_recto
Baptême de Médard en 1959


Posté par bauwat à 15:00 - Permalien [#]

20 novembre 2008

Voyage au Maniema

Note : le Père Baudouin a repris ce texte dans sa Lettre communautaire n° 18. Cependant les photos qui l'illustrent n'ont pas été reprises, c'est pourquoi texte et photos ont été maintenus ici.

VOYAGE AU MANIEMA

Octobre-Novembre 2008

par Mady et Yvan Beeckmans

Et oui, le voyage a eu lieu, le retour de Padri Baudouin dans ces villages qui l’ont vu vivre ses premières années de missionnaire, ces retrouvailles nous les avons vécues dans l’émotion, la joie profonde et vraie, l’exubérance, avec intensité.

Quel beau pays que ce Maniema !

IMG_0059r IMG_0054r

Premier flash, majestueux, le fleuve Congo à hauteur de Kindu. Instants magiques lorsque le soleil fait miroir sur cette étendue d’eau jusqu’à l’horizon. Mais aussi, pour nous qui visitons ce pays d’Afrique pour la première fois, sur le bac durant la traversée, nos premiers contacts directs avec la population  intriguée par notre présence.

IMG_0070r IMG_0079r IMG_0089r

   

Baudouin nous parait anxieux, se souvient-on de lui ? que va-t-il retrouver ? sa santé lui permettra-t-elle de vivre le programme de ces prochaines journées ?

Nous quittons – en voiture – les rives du fleuve pour se retrouver très vite en forêt, sur la piste qui doit nous mener à Kakutya ( à 5 kms de Kalima ).

Pays vallonné, collines couvertes par la végétation, très diversifiée, des arbres magnifiques…. et aussi des cours d’eau qui se perdent sous la frondaison de cette nature luxuriante.

Nous allons très vite percevoir la qualité de l’accueil qui attend le Padri Baudouin …car tout au long du parcours , lors des traversées des villages successifs, des groupes d’hommes, de femmes et d’enfants guettent son passage.

IMG_0141r

IMG_0149r IMG_0109r IMG_0095r

Chants, danses, discours, remises de cadeaux mais surtout beaucoup d’émotion dans le dialogue entre le Padri et les groupes de villageois. Baudouin retrouve le sourire, oublie ses maux. Le lendemain, journée prévue à Lubile , village qui lui réserve un accueil très chaleureux – fête sous l’arbre des palabres – messe festive dans la petite église construite il y a près de 50 ans – chants, danses , discours … repas en commun préparé par les mamans.

IMG_0149r

Après une nuit de repos, fête à Kakutya paroisse fondée par les pères Blancs …magnifique célébration africaine dans une église trop petite pour accueillir tous ceux qui voulaient remercier le Padri. Une chorale de 100 personnes, un groupe bien harmonieux de petites danseuses habillées toutes en blanc, la joie de retrouver le P. Baudouin qui a laissé dans le souvenir des anciens et dans la tradition orale tant d’anecdotes qu’aujourd’hui encore elles font rire tous ses amis.

IMG_0123r

Malheureusement toutes ces manifestations de joie et de sympathie ne peuvent masquer les réalités de la vie quotidienne. Les conséquences des guerres qui ont sévi au cours des dernières années sont encore bien présentes …..cette folie de destruction, cette volonté d’anéantissement a laissé une situation désastreuse…L’abandon des exploitations industrielles à Kalima a supprimé les revenus d’une large part de la population …Tout est problème.

Un groupe d’hommes, originaires de ces villages, qui aujourd’hui travaillent à Kinshasa ou Lubumbashi, professeurs, éducateurs, de profession libérale ou commerçants, ont décidé de se regrouper pour apporter au territoire de Pangi ( région du Maniema ) une aide pour améliorer le sort des populations.


IMG_0102r IMG_0159r

Ils y  étaient scouts, jeunes étudiants, et le Père Baudouin était leur aumônier. Le souvenir du dynamisme du P. Baudouin les a conduit à engager des actions pour sortir ces populations de leur isolement : amélioration et entretien des pistes,reconstruction de certains ponts, mise en activité de moyens de production alimentaire ( pisciculture, culture du riz ….), amélioration des soins dans les dispensaires …

A l’occasion du jubilé de 50 années de vie du P. Baudouin en République du Congo, le professeur Joseph Kokonyangi ( université de Tokyo ) lui a proposé un retour aux premiers postes des années 1958-1975, et d’y créer « La Fondation Père Baudouin Waterkeyn » pour assurer le suivi de leurs actions de redressement des conditions de vie locale.

Ce groupe fut le moteur de notre voyage.

Après Kalima, retour à Kindu pour se diriger dans une autre direction vers Kampene où « le Padri » a passé près de dix années de sa vie.

IMG_0221r IMG_0168r IMG_0236

Il nous a fallu plus de dix heures pour atteindre Kampene, situé à 140 kms de Kindu. Mais tous les problèmes rencontrés nous ont aussi donné l’occasion de côtoyer la population des villages et d’admirer cette nature, cette forêt luxuriante.

IMG_0189r

IMG_0194r

A Kampene, accueil enthousiaste, arcs de triomphe, chants, danses et discours !

IMG_0212r

Deux moments chocs : la rencontre avec les jeunes, 3 écoles ( 2 primaires, 1 secondaire ) 2400 élèves !, la visite de l’atelier pour handicapés, fondé par le Padri. Malgré la destruction et le vol de « tout l’équipement » lors des guerres précédentes, cet atelier  aujourd’hui permet à une vingtaine d’handicapés de travailler et donc de subvenir (modestement…limite de la survie ) à leurs besoins …couture, cordonnerie, menuiserie, vannerie…..

IMG_0196r IMG_0200r

Rendons hommage à la tenacité, au courage de Joseph Kamatica responsable de cet atelier. Rendons hommage au courage de ces hommes et de ces femmes. Là aussi nous avons vu des voiturettes pour handicapés expédiées de Belgique !

Grand merci à Baudouin de nous avoir donné l’occasion de l’accompagner dans ce retour au Maniema.

IMG_0231r

Grand merci au professeur J. Kokonyangi et à son équipe pour avoir organisé cette expédition de main de maitre.

Grand merci aux curés des paroisses de Kakutya et de Kampene de nous avoir accueillis avec tant de gentillesse, de disponibilité, et de convivialité.

Mais notre séjour n’était pas fini, nous avons repris l’avion avec Baudouin jusqu’à Lubumbashi pour rejoindre la communauté des Pères Blancs.

Après un jour de repos, nous avons visité l’hôpital Sendwe dont le Père Baudouin assure l’aumônerie.

Le Père Baudouin a largement décrit dans ce blog les problèmes rencontrés, la situation d’abandon, l’état de délabrement de cet hôpital… où se retrouvent les plus démunis car dans l’impossibilité de payer les coûts journaliers demandés dans les autres hopitaux de la ville. Nous n’avons pu retenir notre désarroi et notre émotion devant tant de souffrance physique et morale, devant un tel chaos.

IMG_0252_600

Il est tout simplement « indigne » d’un état, d’une province, d’une ville dont le sous-sol est parmi les plus riches du monde, de faire preuve d’une telle incompétence de gestion de cet hopital, d’un tel dédain, d’un tel abandon. Et le Père Baudouin, aidé par sa petite équipe, tente d’alléger tant soit peu, la douleur des uns et la désespérance des autres.

Heureusement nous avons pu retrouver confiance dans la vie lors de la visite de la « Cité des Jeunes », à Lubumbashi, tenue par les pères Salésiens dont le centre de formation professionnelle est essentiel pour l’avenir de cette ville. Visite aussi de 2 paroisses situées dans la cité et tenues par les Pères Blancs confrères du Père Baudouin…..sources d’espoir pour l’avenir.

IMG_0258r IMG_0280r

IMG_0262r2

Grand merci à la communauté des Pères Blancs pour leur accueil amical.

A bientôt , Baudouin

Mady et Yvan Beeckmans


par Yvan et Mady Beeckmans

Posté par bauwat à 12:00 - Permalien [#]